Notre conseil: copiez collez sur word ou autres, modifiez le texte comme vous le souhaitez et imprimez

HAROUN TAZIEFF

11 mai 1914: Naissance d'Haroun Tazieff à Varsovie alors partie de la Russie Tsariste. Son père Tatar, né à Yangi-Yer est docteur en médecine. Sa mère russe née à Dvinsk est chimiste et docteur en sciences politiques. Son père meurt au front dès le début de la Première Guerre mondiale.

1920: En décembre, il émigre avec sa mère vers la Belgique où il réside sous le statut d'apatride.

1936: Il obtient la nationalité belge

1938: Champion de boxe universitaire, il devient ingénieur agronome de la Faculté des Sciences Agronomiques de Gembloux.

1939-1944: Il est mobilisé dans l'armée belge puis entre dans la résistance.

1944: Il poursuit ses études de minéralogie et de géologie appliquée et devient ingénieur géologue de l'Université de Liège.

1945: Il est ingénieur géologue dans les mines d'étain du Katanga.

1948: Il  entre au Service géologique du Congo belge. L'éruption du Kituro détermine la passion pour la volcanologie qui dès lors ne cessera de l'animer jusqu'à la fin de sa vie.

1951: Il publie Cratères en Feu qui a un succès mondial.

1957:  Il est chargé de cours à l'Université libre de Bruxelles où il anime le Centre national de volcanologie.

1958: Il est chargé de cours à la faculté des sciences de Paris. Il est aussi nommé directeur du laboratoire de volcanologie de l'Institut de physique du globe, à Paris et s'installe en France pour obtenir la nationalité française.

Il se consacre à une longue série d'expéditions volcanologiques: vallée des Dix Mille Fumées en Alaska, Afar, Nyragongo, Erta Alé, Mont  Erebus et bien d'autres volcans comme l'Etna, Faïal, la Soufrière de la Guadeloupe.

Il prélève, au sein même des cratères en éruption, de nombreux échantillons de laves qui lui permettent d'effectuer certaines des meilleures mesures de température et analyses de gaz éruptifs jamais obtenues jusque là. Certains des instruments qu'il conçoit avec son équipe à l'occasion de ces expéditions scientifiques sont aujourd'hui d'un usage répandu tant dans la recherche volcanologique que dans l'industrie.

Il réalise son premier film, les Rendez - vous du diable. La beauté et la force des images en font un succès mondial.

1961: Il participe au lancement de l'Institut international de recherches volcanologiques de Catane, en Sicile

1966: Le Volcan interdit est encore un film qui connaît un succès mondial qui participe à la vulgarisation de la volcanologie.

1970: Il est chargé de cours à la faculté des sciences d'Orsay.

1972: Il entre au CNRS et dirige le laboratoire de volcanologie du Centre des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette qui se spécialise notamment dans les gaz éruptifs. Outre les publications de son équipe, il exerce personnellement une influence médiatique primordiale pour l'essor de la volcanologie.

1974: Il participe à la création du groupe Paul-Émile Victor pour la défense de l'homme et de son environnement avec notamment, Alain Bombard, Jacques-Yves Cousteau et Jacqueline Auriol.

1981: Après l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République, il est nommé commissaire à l'étude et à la prévention des catastrophes naturelles.

1984-1986: François Mitterrand le fait nommer Secrétaire d'État à la prévention des risques technologiques et naturels majeurs auprès du premier ministre Laurent Fabius.

1988- 1995: Il est nommé président du Comité supérieur des Risques Volcaniques et membre de la société Philomatique et de l'Explorers club de New York.

2 février 1998: Il meurt à Paris, chez lui entouré des siens suite à une longue maladie.

 

LA VOLCANOLOGIE UNE SCIENCE ENCORE EN COURS D'ÉVOLUTIONS:

Haroun Tazieff pressent qu'il faut se lancer dans l'étude «sur le vif», de la phénoménologie des éruptions pour pouvoir faire de la prévision.

Suite à des manifestations inquiétantes du volcan de la Souffrière en Guadeloupe en 1976, une violente polémique oppose Haroun Tazieff, Michel Feuillard, directeur de l'observatoire volcanologique de la Guadeloupe, et Claude Allègre, alors son supérieur à l'Institut de physique du globe de Paris. Tazieff tenait l'éruption pour bénigne, tandis que Feuillard, Allègre et le professeur Brousse, partis sur place, conseillaient l'évacuation de 70 000 habitants proches, ce qui fut décidé par les pouvoirs publics. Le volcan se calma sans provoquer de dégâts. Tazieff se fondait sur la température des gaz et l'absence de verre volcanique frais dans les cendres rejetées par le volcan pour affirmer que le volcan allait se calmer et qu'il n'y avait aucun risque de nuées ardentes, contrairement à ce que pronostiquaient Claude Allègre et le professeur Brousse.

En 1980, Haroun Tazieff juge le mont Saint Helens inoffensif et le qualifie de “petite Soufrière”. L'explosion spectaculaire survenue le 18 mai de la même année, tue 57 personnes, malgré les pronostics d'Haroun Tazieff.

SES LIVRES:


SES FILMS:

RETOURNEZ VERS TAZIEFF