Notre Conseil: Copiez Collez sur une page Word ou Autre préalablement ouverte et modifiez le texte comme vous le souhaitez.

BIOGRAPHIE DE BAUDELAIRE

"Baudelaire est l'un des plus grands poètes français. Il est aussi le traducteur génial d'Edgar Allan Poe."
Frédéric Fabre

 "Un Dante d'une époque déchue"
Barbey d'Aurevilly

Le 9 avril 1821: Charles Pierre Baudelaire naît au 13 rue Hautefeuille à Paris. Il est le fils de Joseph François Baudelaire, né en 1759 à La Neuville-au-Pont près de Sainte Menehould et de Caroline Archenbaut-Dufaÿs née en 1793, son épouse en seconde noces du 9 septembre 1819, suite à un veuvage.

1827: Le 10 février, son père meurt alors que Charles a six ans. Cet homme lettré, épris des idéaux des Lumières, et amateur de peinture, peintre lui-même, lui laisse un héritage dont il n'aura jamais le total usufruit. Un an plus tard, sa mère, Caroline Archimbaut-Dufays se remarie avec le chef de bataillon Jacques Aupick.

1828: Le 8 novembre, sa mère se remarie avec le général Aupick officier de la légion d'honneur et chevalier de Saint Louis. Les relations entre le jeune Charles et le général seront toujours médiocres. Le remariage hâtif de sa mère l'affectera beaucoup. il se sent abandonné par celle qu'il croyait "uniquement à lui".

1830: Aupick rejoint Lyon pour la répression des troubles sous les ordres du Maréchal Soult.

1831: Chef d'état major de la septième division, il fait venir à Lyon, sa femme et son beau fils. 

1832: Charles est interne à la pension Delorme.

1833: Il devient pensionnaire au collège royal de Lyon.

1836: Après un séjour de quatre ans à Lyon, Aupick commandeur de la légion d'honneur, est nommé chef d'état major de la première division à Paris. Le jeune Baudelaire devient élève au Collège Louis-le-Grand de Paris. Il lit Chateaubriand et Sainte-Beuve.

1837: Il obtient au concours général le deuxième prix de vers latins.

1838: Il fait un voyage dans les Pyrénées avec son beau père qui lui inspire le poème Incompatibilité. Aupick incarne à ses yeux tout ce qui fait obstacle à ce qu'il aime : sa mère, la poésie, le rêve et la vie sans contingences.

1839:  Baudelaire est renvoyé du lycée Louis-le-Grand pour refus de dénoncer un camarade. Il se révoltera en menant une vie anti bourgeoise pour ennuyer son beau père et sa mère.

1840:  En août, il obtient son baccalauréat et se fait inscrire à la faculté de Droit de Paris. Alors que sa mère et son beau-père souhaiteraient qu'il devienne Ambassadeur, lui mène une vie de dandy au Quartier latin à la pension Bailly. Il n'a qu'un rêve : devenir poète. Il rencontre Balzac et Gérard de Nerval. 

1841: En juin, pour tenter de dompter ce beau-fils indigne, son beau-père l'embarque sur le ""Paquebot des Mers du Sud" : Direction les Indes. Son voyage s'arrêtera finalement aux Mascareignes soit à l'île Maurice alors appelé l'île de France. Au bout de sept mois, Charles Baudelaire met fin à cet exil et rembarque pour l'île Bourbon actuelle île de la Réunion. Il gardera de ce voyage le souvenir de "la belle Dorothée". Plusieurs poèmes comme L'Albatros ou Parfum exotique ont certainement été inspirés par ce voyage.

1842: Bénéficiant de l'héritage paternel, Charles Baudelaire dépense sans compter : l'alcool, l'amour et l'art. Il rencontre Sainte Beuve, Hugo et Gauthier. Il fait aussi la connaissance de la "vénus noire" Jeanne Duval qui lui inspirera de nombreux poèmes dont La Chevelure et Le Serpent qui danse. Elle lui fera connaître les charmes et les amertumes de la passion.

Son beau père est nommé commandant du département de la Seine et de la place de Paris. Il est logé place Vendôme.

1843: Le recueil collectif "Vers" dont Baudelaire collabore paraît expurgé de ses poèmes. Il s'installe sous les combles de l'hôtel Pimodan nommé Hôtel Lauzun vers 1850.

1844: Il participe anonymement au Tintamarre et aux Mystères Galants des Théâtres de Paris. Dandy endetté ayant dépensé la moitié de son héritage, il est placé sous la tutelle judiciaire de Maître Ancelle qui ne lui verse que 150 à 200 francs par mois. Il subira jusqu'à sa mort, une vie financièrement difficile.

1845: L'Artiste publie pour la première fois un poème de Baudelaire: "A une dame créole" écrit à l'île Bourbon. Charles Baudelaire vit du journalisme d'art. Il publie de nombreux articles de critique.

1846: Il publie le Musée classique du Bazar Bonne-nouvelle dans le Corsaire Satan.

1847: Il rencontre Marie Daubrun, une actrice dont les yeux lui inspirent en particulier Le Poison et Ciel brouillé.

Il publie ses premières traductions d'Edgar Poe. Une grande complicité l'unit à cet auteur américain maudit. Ils ont une conception identique de l'art ainsi qu'une fascination commune du mal, ce que Poe appelle le démon de la perversité. Il va traduire et préfacer presque toute l'œuvre de son ami américain.

La Fanfarlo paraît dans le Bulletin de la Société des gens de lettres. Aupick est nommé commandant de l'école polytechnique. 

1848: En février, Charles Baudelaire participe aux journées révolutionnaires et va même jusqu'à monter sur les barricades. Il exhorte les insurgés à fusiller son beau père Aupick. Il participe à la création d'un journal révolutionnaire avec Champfleury: le Salut Public. Ce journal ne sort que deux numéros le 10 avril et le 6 mai. Baudelaire est secrétaire de la rédaction de la Tribune Nationale. Son beau père est nommé ambassadeur à Constantinople.

En octobre, Baudelaire devient rédacteur en chef éphémère du Représentant de L'Indre à Châteauroux.

1849: Il s'éloigne progressivement de la politique. Pour lui, le vrai combat est dans la poésie. Son ami Edgard Poe meurt à Baltimore. Baudelaire séjourne à Dijon en fin d'année.

1850: Le Vin des honnêtes Gens qui s'appellera l'Ame du vin est publié dans le Magasin des Familles.

1851: Il écrit un journal intime nommé Fusée. Il publie "Du vin et du haschisch" dans le Messager de l'Assemblée et "Les drames et les romans honnêtes" dans la Semaine Théâtrale.

Le général Aupick est nommé ambassadeur à Madrid. Baudelaire dénonce le coup d'état de Louis-Napoléon Bonaparte: "Ma fureur au coup d'Etat. Combien j'ai essuyé de coups de fusil".

1852: Il débute une liaison épistolaire passionnée avec Apollonie Sabatier. Il lui adresse de nombreux poèmes, dont Harmonie du Soir et L'Aube spirituelle. Il publie dans la Revue de Paris, Edgar Allan Poe, sa vie et ses ouvrages.  

1853: Il traduit le Corbeau dans l'Artiste. Le général Aupick est nommé sénateur. Il partage son temps entre Paris et Honfleur où il a acheté la "maison-joujou". Baudelaire écrit alors La morale du joujou.   

1854: Il publie Les Contes extraordinaires d'Edgar Poe.

1855: Il publie son compte-rendu de l'Exposition Universelle dans Le Portefeuille et dix-huit poèmes des futures Fleurs du mal dans la Revue des deux Mondes.

1856: Il publie sa traduction des Histoires et des Nouvelles Histoires Extraordinaires d'Edgar Poe chez Michel Lévy. Le scarabée d'Or est remarqué.

Le 11 septembre, Jeanne Duval se sépare de Baudelaire. Il écrit à sa mère: "Je suis resté pendant dix jours sans sommeil, toujours avec des vomissements et obligé de me cacher, parce que je pleurai toujours".

Le 30 décembre, il traite avec Poulet-Malassis pour la publication des Fleurs du Mal et pour Bric à Brac Esthétique futur Curiosités Esthétiques.

1857: Le 8 mars, Michel Lévy publie les Nouvelles Histoires Extraordinaires avec une nouvelle préface inédite de Baudelaire et des notes nouvelles sur Edgard Poe.

Le 28 avril, son beau-père, le Général Aupick meurt. Sa veuve se retire à Honfleur.

Le 25 juin, Les Fleurs du mal sont publiées chez Poulet-Malassis à 500 exemplaires. Il dédie ses Fleurs du mal à Théophile Gautier par ces vers élogieux :

"Au poète impeccable, au parfait magicien ès lettres françaises, à mon très cher et très vénéré, maître et ami Théophile Gautier."

Le 5 juillet, Gustave Bourdin écrit dans Le Figaro:  « Il y a des moments où l'on doute de l'état mental de Monsieur Baudelaire, il y en a où l'on n'en doute plus (-) c'est, la plupart du temps, la répétition monotone et préméditée des mêmes choses, des mêmes pensées. L'odieux y côtoie l'ignoble ; le repoussant s'y allie à l'infect... ».

Le 20 août, un procès pour « offense à la morale religieuse » et « outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs » est instruit contre lui. Le procureur Pinard demande la condamnation du recueil de poèmes. Malgré l'appui de Sainte-Beuve et de Barbey d'Aurevilly, Charles Baudelaire est condamné à une forte amende de 300 francs, qui fut réduite à 50 francs, suite à une intervention de l'impératrice Eugénie. Son éditeur est condamné à une amende de 100 francs et doit retirer six poèmes: Les bijoux ; Le Léthé ; À celle qui est trop gaie ; Lesbos ; Femmes damnées et Les métamorphoses du vampire.

Le 24 août, il publie dans le Présent six poèmes en prose sous le titre collectif, Poèmes Nocturnes.

Le 30 août, Madame Sabatier à qui Baudelaire venait de dévoiler son anonymat se donne à lui. Le lendemain il rompt sa relation amoureuse avec elle et lui demande de rester ami: "Il ya quelques jours, tu étais une divinité, ce qui est commode, ce qui est beau, si inviolable. Te voila femme maintenant".

1858: Baudelaire publie la traduction des Aventures d'Arthur Gordon Pym écrites par Edgard Allan Poe.

Le 30 septembre, De l'idéal artificiel et Le Haschisch sont publiés dans la revue contemporaine.    

En octobre, Charles Baudelaire se rend à Honfleur et se réconcilie avec sa mère.

1859: Il séjourne à Honfleur de janvier à mars puis de mai à juin et en décembre.

Le 13 mars, il publie une plaquette sur Théophile Gauthier dans L'Artiste.

En juin et juillet, il publie Salon de 1859 dans la Revue Française.

1860: Le 13 janvier, il a une première crise cérébrale très brève.

Du 15 au 31 janvier, la Revue contemporaine publie Enchantements et Tortures d'un mangeur d'opium.

En mai, les Paradis Artificiels sont publiés et dédiés à une femme J.G.F non encore identifiée.

15 novembre, Baudelaire reçoit du ministre de l'instruction publique, une indemnité littéraire de 500 francs pour les Fleurs du Mal. 

Baudelaire publie les Paradis artificiels pour narrer son expérience du haschich et de l'opium.

Il vit avec Jeanne Duval devenue infirme mais comme un "papa et tuteur".

1861: En février, Baudelaire publie la seconde édition des Fleurs du mal enrichi de 32 nouveaux poèmes dont La Chevelure en hommage à Jeanne Duval.

Le 1er avril, il fait également paraître un long article sur Richard Wagner dans La Revue Européenne.

Le 4 mai, Baudelaire publie chez Dentu une plaquette, Richard Wagner et Tannhäuser à Paris.

Le 15 novembre, Baudelaire pose sa candidature à l'Académie Française au fauteuil de Scribe.

1862:  Le 23 janvier, Baudelaire subit une alerte grave. Sa santé se détériore.

Le 6 février, Baudelaire n'obtient aucune voix à l'Académie alors qu'il est parrainé par Sainte-Beuve et Vigny. Il se désiste.

Il termine Le Spleen de Paris qu'il appelle "Les petits poèmes en prose". Ce recueil ne sera publié qu'en 1868.

L'anthologie dirigée par Eugène Crépet, des poètes français comporte dans son tome IV, sept poèmes de Baudelaire.

Le 12 novembre, Poulet-Malassis subit la prison pour dettes.

1863: Baudelaire veut quitter la France: "Je suis très las de la France et je désire l'oublier pendant quelque temps". Il écrit une biographie: L'œuvre et la vie d'Eugène Delacroix.

Le 22 avril: Poulet-Malassis est condamné à un mois de prison. Il gagne la Belgique pour y vivre de publications plus ou moins clandestines.

1er novembre: Baudelaire cède à Michel Lévy pour 2000 euros, les droits d'auteur de cinq traductions dont deux restent à paraître.

En fin novembre, Le peintre de la vie moderne parait en feuilleton dans le journal Le Figaro. La traduction d'Eurêka de Poe est publiée.

1864: Il écrit un journal intime nommé Mon cœur mis à nue.

Le 7 février, quatre poèmes en prose paraissent dans Le Figaro sous le titre Le Spleen de Paris.

24 avril, Baudelaire fuit en Belgique et s'installe à Bruxelles où il donne une tournée de conférences. Très vite ce pays, qui d'abord lui a plus, lui devient insupportable. Il prend des notes pour écrire un ouvrage satirique contre La Belgique. Il est atteint par la syphilis et a de plus en plus recours à la drogue.

Le 21 décembre, six poèmes en prose paraissent dans la Revue de Paris.

1865: Le 16 mars, Baudelaire publie la traduction d'Histoires sérieuses et grotesques d'Edgar Allan Poe.

En juillet, Baudelaire a des soucis financiers graves. Il revend des droits d'auteur à Hetzel pourtant déjà vendus à Poulet-Malassis. Celui ci ne sera remboursé qu'après la mort de Baudelaire par Hetzel.

En fin novembre, le jeune Verlaine fait trois articles élogieux sur Baudelaire dans l'Art.

1866: A Bruxelles, hors de la juridiction française, Poulet-Malassis réussit à publier en la localisant à Amsterdam, une nouvelle édition des Fleurs du Mal accompagnées des six pièces condamnées plus 16 nouvelles sous le titre Les Épaves.  

Baudelaire entreprend en Belgique une tournée de conférences où ses talents de critique éclairé sur l'art ne déplacent guère les foules.

Le 30 mars, à Namur, il fait une chute dans l'église Saint-Loup et perd connaissance. Il est hospitalisé à Bruxelles, victime à la fois d'hémiplégie et d'aphasie.

Le 31 mars, Les fleurs du Mal paraissent dans Le Parnasse contemporain.

Le 4 juillet, Baudelaire est ramené à Paris à la clinique du docteur Duval près de l'Etoile. Sa mère s'installe près de lui.

1867: Le 31 août, il meurt, à quarante-six ans de la syphilis dans la clinique du docteur Duval.

Le 2 septembre, il est inhumé au cimetière Montparnasse à la sixième division dans la même tombe que son beau-père, le général Aupick et que sa mère.

Le 4 décembre, Michel Lévy seul éditeur enchérisseur achète pour 1 700 francs la propriété littéraire de Baudelaire mise à prix à 1000 francs. Il commence sa publication avec le soutien des auteurs de sa maison d'édition.

1868: Théodore de Banville publie à titre posthume, Le Spleen de Paris ainsi que les Curiosités esthétiques.

1869: L'Art Romantique et les Journaux Intimes sont publiés à titre posthume chez Michel Lévy.

1871: Le 16 août, la mère de Baudelaire meurt à Honfleur. 

1917: Lettres à ma mère paraissent dans la revue de Paris. 

1929: Une première demande en révision du jugement contre Les Fleurs du Mal est introduite par Louis Barthou. Cependant elle n'est pas satisfaite. Aucune procédure n'existe à l'époque pour ce cas.

La loi du 25 septembre 1946 crée une procédure de révision des condamnations pour outrage aux bonnes mœurs commis par la voie du livre, exerçable par le Garde des Sceaux à la demande de la Société des Gens de Lettres. Celle-ci décide immédiatement de demander la révision pour Les Fleurs du Mal.

Le 31 mai 1949, la Chambre criminelle de la Cour de cassation rend un arrêt définitif de révision.

REVENEZ VERS BAUDELAIRE