LA CORSE ET SES VINS

La Corse de Ignazio Danti XVIe siècle au plafond de la galerie vaticane

La viticulture débute en Corse dès le VI e siècle av. J.-C avec l'arrivée des Grecs, époque où ils commencèrent à célébrer le culte de Bacchus dans la région d'Aléria, mais la viticulture a surtout été développée par les Romains.

Ce fut les ordres religieux qui redonnèrent une impulsion à la viticulture durant tout le Moyen Âge.

Au XVI e siècle, le cartographe Ignazio Danti qui avait peint la Corse au plafond de la galerie vaticane écrivit : « La Corse a reçu quatre dons majeurs de la nature: ses chevaux, ses chiens, ses hommes fiers et courageux et ses vins, generosissimi, que les princes tiennent en l'estime la plus haute!».

Aux XVIIIe et XIXe siècle, la viticulture corse connaît un développement spectaculaire. Entre 1788 et 1896 sa production fait plus que doubler, et l'île peut facilement exporter vers la région parisienne grâce à l'arrivée du chemin de fer à Sète. À la fin du XIX e siècle, les dommages causés par le phylloxéra sont une catastrophe économique et la production s'effondre.

Cliquez sur le bouton Photo: Jonathan Robertson) pour accéder à l'AOC PATRIMONIO

Au début des années 1960, avec l'installation en Corse de 17 000 rapatriés d'Algérie, la viticulture corse va être relancée, mais de manière quasi industrielle, avec la plantation de cépage à gros rendements sur près de 14 000 hectares. Peu à peu les vins corses prennent la place occupée par les vins de table algériens dans une gamme de vins de table à petit prix et de qualité plus que modeste.

Cependant cette politique va à l'encontre des nouvelles habitudes de consommation alors que les ventes de vins de table s'effondrent à partir des années 1970. En vingt ans, la viticulture corse perd les deux tiers de ses vignobles dont la superficie globale passe de 32 000 hectares à 10 000 hectares seulement à la fin des années 1990, ruinant l'économie locale.

Mais, dès le début des années 1990, des viticulteurs commencent à réagir et prônent la qualité. Aujourd'hui l'Union des vins corses et le Comité intersyndical des vins corses veulent jouer la carte de l'exportation et séduire les marchés étrangers grâce à des vins qui vont savoir séduire grâce à leur structure.

L'appellation Vin de Corse AOC peut être accompagnée du nom de la région de provenance: Sartène, Calvi, Ajaccio, Figari, Porto-Vecchio, Coteaux du Cap Corse, créant ainsi, par l'éventail de ses crus sur un espace aussi restreint, toute la différence de son vignoble.

Cliquez sur la carte ci-dessous pour accéder au Décret n° 2011-1084 du 8 septembre 2011 sur les Vins Corses

La richesse en silice constitue la note majeure de ces vins, en particulier ceux de la région de Sartène et Ajaccio, leur conférant une action minéralisante favorable à la régénération tissulaire.

L'association silice/calcium assure une protection efficace contre les affection pulmonaires et cardio-vasculaires et tonifie le système nerveux central.

D'une manière générale, tous les autres crus fournissent un apport vitaminique accentué par le mode de culture biologique et biodynamique. Ils servent ainsi de supplément nutritionnel dans les états de carence.

Les crus de l'Île de Beauté intéressent les personnes amaigries, convalescentes, rachitiques, présentant un état de carence généralisé, les états dépressifs et asthéniques, les primo-infections pulmonaires.

Les vins du Cap Corse sont à déconseiller aux diabétiques et aux personnes présentant un excès de poids, à cause de leur forte concentration en fructose.

Cliquez sur le bouton de gauche ou de droite pour accéder au Muscat corse ou à l'AOC Ajaccio.

Contactez nous par téléphone, par e mail ou sur facebook :