YASMINA REZA

"Yasmina Reza est considérée comme un auteur à la plume facile alors qu'elle est l'un de nos grands auteurs français du début du XXIe siècle"
Frédéric Fabre

Cliquez sur un lien bleu pour accéder :

- A LA BIOGRAPHIE BIBLIOGRAPHIE, PIECES DE THEÂTRE ET FILMOGRAPHIE

- AUX ROMANS, RECITS ET ESSAIS DE YASMINA REZA

- AUX PIECES DE THEÂTRE ET FILMS DE YASMINA REZA

- AUX CITATIONS DE YASMINA REZA.

BIOGRAPHIE, BIBLIOGRAPHIE,

PIECES DE THEÂTRE ET FILMOGRAPHIE

1er mai 1959 : Yasmina Reza naît le jour de la fête du muguet. Elle est la fille d'une violoniste hongroise et d'un ingénieur des Ponts et Chaussées juif mi-russe mi-iranien qui se lancera dans les affaires. Elle passe son enfance dans le milieu cosmopolite des familles juives bourgeoises d'Europe centrale ayant fui le communisme soviétique pour se réfugier à Paris. Durant son enfance, elle part en vacances en Suisse ou en Autriche et s'imprègne très jeune de plusieurs langues. Elle apprend à jouer du piano, comme son père.

1975 : Elle obtient son bac et suit des études de théâtre et de sociologie à l'Université de Paris X Nanterre.

1978 : Elle obtient sa licence et obtient des premiers rôles d'actrice.

1982 : Elle obtient un rôle dans le film de Denys Granier-Deferre, Que les gros salaires lèvent le doigt !

1983 : Elle joue dans le film de Didier Martiny Jusqu'à la Nuit, dont elle a co-écrit le scénario.

1984 : Elle se présente à l'examen d'entrée du Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique mais échoue et s'inscrit alors aux cours de l'école Jacques Lecoq.

1985 : Elle commence à écrire sa première pièce influencée notamment par le théâtre de Nathalie Sarraute, Conversations après un enterrement.

1987 : Sa première année faste, Conversations après un enterrement est jouée au Théâtre Paris-Villette, dans une mise en scène de Patrice Kerbrat. Sa pièce reçoit le Molière du meilleur auteur, le prix SACD des Talents Nouveaux et le Prix de la Fondation Johnson.

1988 : Sa fille Alta naît.

1989 :  Sa deuxième pièce, La traversée de l'hiver, est jouée au Théâtre de la Colline.

1990: Elle est nommée au Molière pour la traversée de l'hiver qui revient à Jean-Noël Fenwick pour Les Palmes de Monsieur Schutz.

1992 : Elle cosigne le scénario et interprète un rôle dans le film A demain de son compagnon Didier Martiny.

1993 : Son fils Nathan naît.

1994 : Sa deuxième année faste, elle connaît son premier véritable grand succès public avec la pièce Art, mise en scène par Patrice Kerbrat et interprétée par Pierre Arditi et Fabrice Luchini à la Comédie des Champs-Elysées. Art aborde des questions liées à l'art Contemporain et son implication dans la vie quotidienne. La pièce est une satire du milieu bourgeois branché parisien. Le personnage principal s’extasie devant un monochrome, soit un carré blanc sur fond blanc devant le regard incrédule de son compère.

1995 : Sa troisième année faste, Art est couronné de deux Molière du théâtre, celui du meilleur spectacle privé et celui du meilleur auteur. La pièce a ensuite été montée à Londres par la Royal Shakespeare Company avant d'être jouée partout dans le monde. Elle crée une nouvelle pièce au théâtre Hébertot appelée L'homme du hasard.

1997 : Elle publie un recueil de récits autobiographiques intitulé Hammerklavier qu'elle écrivait depuis plusieurs années.

1998 : L'Homme de Hasard est joué à Londres. Art reçoit le Tony Award de la meilleure pièce à New York. Elle est le premier auteur non anglo-saxon à recevoir ce titre équivalent aux Oscars pour le théâtre.

1999 : Son premier roman, Désolation, qui revêt la forme d'un monologue, sort aux éditions Albin Michel. Le livre se vend immédiatement à plus de 100.000 exemplaires malgré le refus de l'auteur de participer aux émissions de télévision.

2000 : Sa quatrième année faste, L'homme de Hasard est joué à New York. Le Pique-nique de Lulu Kreutz, film réalisé par Didier Martiny sur un scénario de Yasmina Reza sort en salle avec Philippe Noiret, Carole Bouquet, Niels Arestrup, Stephane Audran, Michel Aumont, Judith Magre et Johan Leysen. Elle s'inspire de son enfance pour nous emmener dans le monde des violoncellistes. Jasha Steg doit donner un concert à Evian, sa famille le rejoint dont une amie Lulu Kreutz qui organise un pique nique en montagne.

Sa pièce, Trois versions de la vie, est créée au Burgtheater de Vienne, au Broadway d'Athènes, au National Theatre de Londres et au Théâtre Antoine de Paris dans une mise en scène de Luc Bondy.

2001: Elle joue dans le film d'André Techiné sous le titre Loin. Elle est nominée au Molière pour Trois versions de la vie.

2003: Elle publie chez Albin Michel Adam Haberberg.

2004 : Elle fait jouer au théâtre Une pièce espagnole. Didier Martigny réalise un documentaire important sous le titre Qui a tué Massoud ?

2005 : Elle publie un récit chez Albin Michel Nulle Part et un second récit chez le même éditeur Dans la luge d'Arthur Schopenhauer.

L’universitaire et homme de théâtre Denis Guénoun lui consacre un livre, Avez-vous lu Réza ?

2006 : Le récit Dans la luge d'Arthur Schopenhauer est mis en scène par Frédéric Bélier-Garcia.

En Automne, elle commence à accompagner Nicolas Sarkozy dans sa la campagne électorale.

2007 : En août, elle publie L'aube, le soir ou la nuit aux éditions Flammarion

Elle raconte la conquête de l'Elysée par Nicolas Sarkozy, qu'elle a suivi pendant plusieurs mois lors de la campagne pour l'élection présidentielle de 2007. Son livre est critiqué par la presse pour toucher le président alors que son récit n'est pas anecdotique mais a présenté le candidat dans l'évolution de sa personnalité pour les générations futures. Le livre est dédié à «G» et, selon le Sunday Times de Londres, il s'agirait de Dominique Strauss-Kahn. G serait-il le point G de Gräfenberg?

2008 : En janvier, elle met en scène sa pièce Le Dieu du Carnage au Théâtre Antoine avec Isabelle Huppert.

2009 : Elle réalise sa propre pièce de théâtre, Une pièce espagnole qui devient Chicas produit par son compagnon Didier Martiny au cinéma  avec dans les rôles principaux, Carmen Maura, André Dussollier et Emmanuelle Seigner. Elle reçoit à nouveau Le Tony Award avec Le Dieu du Carnage (God of Carnage).

2010 : Salah El Gharbi lui consacre une biographie, Yasmina Reza ou le théâtre des paradoxes aux éditions de L'Harmattan.

2011 : Roman Polanski adapte au cinéma Le Dieu du Carnage avec Jodie Foster dans le rôle principal, sous le titre Carnage.

Le 16 mars, elle publie "Comment vous racontez la partie" chez Flammarion en 122 pages.

Invitée par le bibliothécaire à un 'Samedi littéraire'dans L'Espace Polyvalent de la ville de Vilan en Volène, une romancière doit présenter son dernier livre, Le Pays des Lassitudes. A son arrivée, elle a envie de fuir. Elle qui n'accepte jamais une invitation, elle qui préfère songer à son dîner mondain du lendemain et redoute que sa dernière petite robe ne soit trop courte, n'a en réalité aucune intention de parler d'elle-même. La journaliste a pourtant décidé de  la pousser dans ses derniers retranchements, avec ses questions brillantes et irritantes, tandis que le bibliothécaire paraît désarmant de gentillesse. Sur scène la tension dramatique monte, car la romancière cherche à se dérober.  La lecture des extraits secoue, intrigue, et derrière la fausse légèreté de ses réponses ressort un impératif, écrire pour combler le vide. La frivolité première devient une gaieté dure, puis cède à la mélancolie.

2013 : Elle publie le 2 janvier, Heureux les heureux chez Flammarion.

Dans le 95, qui va de la place Clichy à la porte de Vanves, je me suis souvenue de ce qui m'avait enchaînée à Igor Lorrain. Non pas l'amour mais la sauvagerie. Il s'est penché et il a dit, tu me reconnais ? J'ai dit, oui et non. Il a souri. Je me suis souvenue aussi qu'autrefois je n'arrivais jamais à lui répondre avec netteté. Il avait des cheveux longs poivre et sel, mis en arrière et un cou empâté. Dans ses yeux, je retrouvais la graine de folie sombre qui m'avait aspirée. Je me suis passée en revue mentalement. Ma coiffure, ma robe et mon gilet, mes mains. Il s'est penché encore pour dire, tu es heureuse ? J'ai dit, oui, et j'ai pensé, quel culot. Il a hoché la tête et pris un petit air attendri, tu es heureuse, bravo

Lien vers le site Art : http://theatrart.free.fr/

ROMANS, RECITS ET ESSAIS DE YASMINA REZA

       
 

       

PIECES DE THEÂTRE ET FILMS DE YASMINA REZA

Cliquez sur une affiche de cinéma pour regarder gratuitement le film ou la pièce de théâtre.

CITATIONS DE YASMINA REZA

Le temps modifie aussi l'âme des visages.

L'être humain n'est pas loin de se montrer désespérant. Il est toujours attiré par la médiocrité.

Un homme âgé n'est plus en devenir social, il est en devenir de vieillissement et de mort, en devenir humain. Il n'a plus à en être, il est au cœur de l'être pur.

La route du bonheur est peut-être la route de l'oubli.

C’est une illusion de croire que l’admiration puisse avoir un prolongement affectif.

Avec un portable, le monde entier peut faire intrusion chez vous et entraîner le pire.

La légèreté est nécessaire, sinon le tragique serait mortel.

Seuls comptent les actes.

Toutes les ténèbres du monde ne peuvent éteindre la flamme d'une seule petite bougie.

Quand on est vieux, avoir une main à attraper c’est important.

Rien ne m’agace plus que ces froissements subits, où tout s’arrête, où tout se pétrifie.

Quand une fille m’attire vraiment, je ne suis pas le type qui fonce tête baissée. Il me faut une garantie.

Les gens n’ont pas de vision de l’existence. Ils n’ont que des opinions.

"je crois au dieu du carnage. C'est le seul qui gouverne, sans partage, depuis la nuit des temps"

"je crois au dieu du carnage. C'est le seul qui gouverne, sans partage, depuis la nuit des temps"

Je voudrais que la vie avance et que tout soit effacé au fur et à mesure.

La substance d'une conversation ne réside évidemment pas dans les mots.

Les femmes ne prennent pas un amant. Elles s’entichent, elles se font un cinéma. Elles deviennent complètement folles.

Un homme de son temps, c'est quelqu'un dont on pourra dire dans vingt ans, dans cent ans, qu'il est représentatif de son époque.

Et en liquide. Car j ai appris un truc, tu ne peux pas payer [le psy] par chèque. Freud a dit, il faut que tu sentes les billets qui foutent le camp"

Des objets qui un jour ont de la valeur avec le temps deviennent des fardeaux inutiles.

Le ciel est pour tout le monde. Les hommes traversent le même brouillard.

Les femmes profitent de tout pour vous enfoncer, elles adorent vous rappeler que vous êtes décevant.

Les femmes sont séduites par les hommes effroyables, parce que les hommes effroyables se présentent masqués comme au bal. Ils arrivent avec des mandolines et des costumes de fête.

En réalité, je ne supporte plus aucun discours rationnel, tout ce qui a fait le monde, tout ce qui a été beau et grand dans ce monde n'est jamais né d'un discours rationnel.

Contactez nous par téléphone, par e mail ou sur facebook :

webmaster@bookine.net